« Cette langue est cool ! »

f9b465874986ffa739069dcb8d74d4b2-750x430Les élèves de la classe de 5e d’une école de Blagovechtchensk partagent leur amour pour le français.

Diana BarnassyanDiana Barnassyan, enseignante, école 15 de Blagovechtchensk, Russie:

J’enseigne le français à l’école 15 de Blagovechtchensk. Je travaille comme professeur depuis deux ans seulement, mais j’aime beaucoup mon métier ! Apprendre le français était mon rêve d’enfance. С’est pourquoi, je suis entrée à la Faculté des langues étrangères. Heureusement, les écoliers d’aujourd’hui ont la possibilité de faire connaissance avec cette langue beaucoup plus tôt. Malgré le fait que notre région a une frontière commune avec la Chine, de nombreux enfants et leurs parents choisissent le français comme la deuxième langue étrangère, pas le chinois. Une des raisons est que la langue française est plus facile pour apprendre en comparant avec la langue de nos voisins. En plus, c’est la beauté de la langue qui attire.

J’ai fait un petit sondage auprès de mes élèves de 5e pour leur demander pourquoi ils apprennent le français. J’aimerais partager avec vous certains témoignages. Et je suis très heureuse de voir leurs yeux qui brillent, grâce au français.

Dmitriï  Boulyndin: Pourquoi j’aime la langue française ? Il faut dire que cette langue est très fascinante. Et la chose intéressante est que beaucoup de mots et phrases sont faciles à prononcer. En plus, certains sont amusants. Cette langue est cool de toute façon.

Zlata Radtchenko: Je voudrais parler de mon amour pour le français. Premièrement, la langue est connue comme la plus belle dans le monde. Et qui refusera de l’étudier ? Deuxièmement, je ne l’aime pas seulement pour sa beauté de la prononciation mais aussi pour ce qu’elle est assez simple. Troisièmement et finalement, c’est une langue d’École supérieure. La connaissance du français permettra d’étudier dans les meilleures universités du monde et se développer.

Diana Ivanova: J’étudie la langue française pour connaître des coutumes, pouvoir visiter Paris et toute la France, trouver les amis français. Mais aussi savoir plus sur la mode française, être capable comprendre cette langue, écouter de la musique française et comprendre ce qu’on chante. Lire la suite

« Mon cher français par les yeux de mes élèves de 5e »

image32Irina Khychova, enseignante à l’école 2, Svobodnyy de la région Amourskaya, Russie:

Je suis professeur d’anglais et de français d’après mon diplôme d’études supérieures que j’ai obtenu il y a 10 ans. Pendant toutes ces années j’ai enseigné la langue de Shakespeare dans une école à Svobodnyy, tout en gardant l’espoir de travailler un jour avec la langue de Molière, « mon cher français ». Depuis que j’ai commencé à l’apprendre à l’Université pédagogique de Blagovechtchensk, il a pris sa place inébranlable dans mon cœur.

Je savais qu’un jour le français reviendrait dans ma vie. Et voilà, ce jour est venu : toutes les écoles de la région ont reçu une bonne nouvelle, on doit introduire la 2e langue étrangère dans les programmes éducatifs. Notre directrice nous a posé une question : quelle langue choisir ? « Bien sûr, le français !» me suis-je exclamée.

Alors, je suis ravie de reprendre l’enseignement du français et de transmettre mon amour pour cette langue magnifique à mes élèves de 5e. Nous avons une heure de français par semaine. Ce n’est pas suffisant, mais on trouve même parfois le temps de plonger dans la culture française, d’apprendre des poésies et des chansons.

A l’occasion de la semaine de la Francophonie j’ai présenté à mes élèves cette fête internationale. C’est pour la première fois dans la vie qu’ils ont entendu le mot la « francophonie » et ils sont super heureux d’être parmi les francophones. J’espère que l’apprentissage du français offrira à mes élèves de la joie et de l’inspiration de ne jamais abandonner.

Voici ce qu’ils parlent de leur expérience dans un nouveau statut francophone :

Nikita Nikichin : J’apprends la langue française pour communiquer avec mes amis français, connaitre les coutumes et les traditions françaises. Ma grande sœur est étudiante dans une université en France et moi aussi je rêve de visiter Paris et toute la France, trouver de nouveaux amis.

Arina Kuzutina : J’apprends le français parce que j’aime Paris et je veux y aller. C’est une belle ville. Et ici, c’est aussi très beau, surtout la nature. J’aime les études dans notre école. Nous y allons 6 fois par semaine. Il est difficile pour moi d’apprendre des mots français. Mais les règles sont faciles. Quand je vais passer les examens, je vais choisir le français. Lire la suite

Solidarité franco-russe en rimes

le francaisEn cette période éprouvant pour toute la planète ou plein de projets et de belles manifestations consacrés à la fête de la francophonie 2020 sont annulés ou reportés, nous avons cherche des idées comment réunir les étudiants et les élèves de la région Amourskaya pour feter la langue française.

Nous avons invité nos étudiants de créer un slogan encourageant pour montrer que ni virus, ni épidémie, ni interdictions ne les empêcheront pas de se sentir ensemble solidaires et fêter ainsi la francophonie ! L’idée était d’imaginer un slogan positif, enthousiaste et humoristique pour dire comment le français les inspire à garder le moral et tenir bien face au l’obligation de rester chez eux.

Et à l’autre bout du continent européen, leurs amis par correspondance, les élèves de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr qui étudient le russe, se sont ingéniés pour nous transmettre en rimes leur enthousiasme, leur soutien et leur espérance pour une rapide disparition de cette horrible épidémie…

Nous n’avons pas peur du coronavirus,
avec nos amis nous sommes unis,
Et en travaillant le français ou le russe
Nous surmonterons ensemble cette épidémie !
(Katia Malycheva)

Tout passe, tout casse, tout lasse et le coronavirus passera dans l’impasse !
Il restera dans le passé,
Et nous, on continuera d’apprendre le français ! (Arina Khorosonojenko)

Malgré l’épidémie
Nous avons une journée de la Francophonie !
Et pour les francophones de tout âge
La quarantaine est un énorme avantage !
Bien que je sois isolé
Je peux apprendre le français !
(Nikolay Sukhin)

Même pendant la quarantaine,
On garde le français dans nos veines !
(Kseniya Chvydkaya)

Lire la suite

« Salut ! Ça va ? » de mars 2020 : « L’habit dévoile nos cultures »

mars 2020Edito par Olga Kukharenko: Chères lectrices, chers lecteurs !

Cette année nous célébrons le 50e anniversaire de la francophonie institutionnelle. Il y a tout juste 50 ans, en 1970, à Niamey au Niger, a été créée l’Organisation internationale de la Francophonie. D’une année à l’autre se multipliaient des actions en honneur de la langue française réunissant quelques 300 millions de francophones repartis sur les 5 continents en concerts, concours, conférences, festivals, réunions…

Aurions-nous pu savoir même il y a un an que la belle année 2020 serait marquée par l’annulation de pratiquement toutes les festivités francophones dans le monde ? Aurais-je pu savoir qu’un jour dans mon édito je parlerais épidémie et virus ? Une triste cause qui a perturbé tous les projets, a fait reporter de belles manifestations et a appelé une fois de plus les gens à la solidarité.

En cette période éprouvant pour toute la planète je suis contente que rien n’empêche de faire vivre notre chère revue « Salut ! Ça va ? ». Hors des contraintes et des restrictions, malgré la quarantaine et le confinement planétaire, puisse ce numéro vous parvenir comme une bouffée d’air frais au travers des continents ! Notre édition poursuit son chemin en mettant au cœur de son action la riche diversité des cultures des francophones du monde et cette fois elle a réuni autour des collaborations passionnantes seize nationalités différentes. Nos auteurs vous parlent des traditions vestimentaires traditionnelles, partagent leur amour pour la langue française et vous confient leurs histoires familiales exceptionnelles.

Bonne lecture!Et prenez soin de vous!

Joyeux 15e anniversaire, « Salut ! Ça va?»!

обложкаEdito par Olga Kukharenko:

Chers lecteurs,

En ce mois de décembre votre « Salut ! Ça va ? » souffle ses 15 bougies. Un bel âge, comme dit le rat sur la couverture, le personnage du scénariste et dessinateur de BD PtiLuc, qu’il a dessiné spécialement pour nous à cette occasion. Le tout premier numéro est né en décembre 2004. Une étudiante de première année, Irina Korneeva, a eu l’idée de créer un journal en langue française. Elle rêvait de devenir journaliste et a décidé de réunir ensemble ses deux grandes passions – le français et le journalisme.

En 2009, Irina Korneeva part étudier et vivre en France et elle me transmet « son bébé». Je prends les rênes de la direction de la rédaction en promettant à Irina de le faire vivre. En 15 ans « Salut ! Ça va ? » est passé d’un format journal en noir et blanc à un magazine en couleur de 40 pages ou plus. Ses rédacteurs et lecteurs vivent dans plus de 30 pays du monde. Ils partagent tous un bel ensemble de valeurs, telles que la francophonie dans sa riche diversité, l’amitié, la paix, le partage et la joie de vivre. Ils rejoignent l’équipe des correspondants du magazine dans leur envie de partager leurs plus chers sentiments ou expériences, de faire des découvertes, de faire connaitre leurs succès et de se lier des amitiés extraordinaires à travers les frontières et les distances.

Et, bien sûr, tous les créateurs et lecteurs de « Salut ! Ça va ? » sont unis par l’amour de la langue française. D’Indonésie ou du Canada, du Paraguay ou de Chine, d’Algérie ou de France, ils nous écrivent pour parler de tout : littérature, musique, expositions, concerts, découvertes historiques, loisirs, études, voyages, langue française et sa richesse fascinante … Ils nous écrivent des poèmes, partagent leurs succès, accordent des interviews, confient leurs archives familiales, parlent de leurs passions.

Je vous remercie de tout mon cœur pour votre amitié fidèle !

Téléchargez ici le numéro de décembre 2019

Joyeuses fêtes ! Et à la prochaine !

Une exposition en honneur du 15e anniversaire de « Salut ! Ça va ? »

IMG_7059Dans le hall de la faculté des langues étrangères de l’Université pédagogique d’État de Blagovechtchensk est ouverte une petite exposition en honneur du 15e anniversaire de « Salut ! Ça va ? ». Le tout premier numéro de cette revue francophone est né en décembre 2004. Une étudiante de première année, Irina Korneeva, a eu l’idée de créer un journal en langue française. Elle rêvait de devenir journaliste et a décidé de réunir ensemble ses deux grandes passions – le français et le journalisme.

En 2009, Irina Korneeva part étudier et vivre en France. Elle transmet « son bébé » à son professeur Olga Kukharenko qui prend les rênes de la direction de la rédaction.

En 15 ans « Salut ! Ça va ? » est passé d’un format journal en noir et blanc à un magazine en couleur de 40 pages ou plus. Ses rédacteurs et lecteurs vivent dans plus de 30 pays du monde. Ils partagent tous un bel ensemble de valeurs, telles que la francophonie dans sa riche diversité, l’amitié, la paix, le partage et la joie de vivre. Ils rejoignent l’équipe des correspondants du magazine dans leur envie de partager leurs plus chers sentiments ou expériences, de faire des découvertes, de faire connaitre leurs succès et de se lier des amitiés extraordinaires à travers les frontières et les distances.

Lire la suite

Les journées de français à la faculté des langues étrangères

SONY DSCLe jeudi 28 novembre 2019 le monde a célébré pour la première fois « Le Jour du prof de français ». Voulue par le Président de la République, Emmanuel Macron, cette journée inédite entend valoriser le métier d’enseignant de français par des activités et des évènements qui vont créer des liens et de la solidarité. Être professeur de français, c’est faire partie d’une communauté de plus de 900 000 professionnels dans le monde, partager la même vocation et défendre, à travers le français, une culture francophone en plein développement. Ce jour-là, des organisations éducatives se sont rencontrés pour féliciter les professeurs de français, échanger et partager d’expérience.

La faculté des langues étrangères de l’Université pédagogique d’État de Blagovechtchensk s’est beaucoup préparée à cette fête en l’attendant avec impatience. Les étudiants francophones de la 4e année ont décidé d’organiser une soirée où les professeurs de français, actuels et futurs, et ceux qui aiment simplement cette belle langue pourraient tester leurs connaissances dans divers domaines : linguistique, culture, histoire, grands hommes de France, cuisine nationale française, monuments historiques, livres, chansons, etc. Et tout ça en jeux et compétitions ludiques. Puisqu’un bon professeur de français devrait non seulement se débrouiller bien en français mais aussi être calé en civilisation française et faire preuve de création, d’une riche imagination et des talents artistiques, bien sûr !

Lire la suite

Portraits des professeurs de français par les élèves de la région Amourskaya

A l’occasion de la Journée internationale du professeur de français les élèves et les étudiants de la région Amourskaya ont créé des portraits en dessins et en vidéos de leurs professeurs de français. Le projet de création des capsules-vidéos a été lancé par l’Institut français en Russie, et les francophones de la région Amourskaya n’ont pas manqué d’y participer.

Voici les vidéos des élèves des écoles secondaires de la région (École 5, lycées 6 et 11 de Blagovechtchensk, école 7 de Tsiolkovski, lycée 8 de Raïtchikhinsk)

et voici les vidéos des étudiants de l’Université pédagogique d’État de Blagovechtchensk

« Sur les pas des Français en Russie… »

novembre_2019Chers lecteurs de « Salut ! Ça va ? » !

Cette fois, nous vous invitons en voyage sur les pas des Français en Russie. La grande histoire est toujours écrite avec de « petites » histoires. Nous sommes fiers et honorés de réunir sur les pages du numéro de novembre 2019 des chercheurs réputés scrutant passionnément des archives, aussi bien que des personnes enthousiastes gardant précieusement leurs souvenirs de famille.

Suivez-nous ! Explorons ensemble de « petites » histoires faisant la gloire de la Grande histoire de nos deux peuples !

 

Journée pédagogique 2019

IMG_E6310La réunion annuelle des enseignants de français de la région Amourskaya a eu lieu le 15 novembre.

Chaque année, depuis 11 ans, cet événement rassemble des collègues des établissements secondaires des petits villes et villages de la région afin de faire le bilan de l’année qui termine et planifier des projets culturels et éducatifs pour l’année prochaine. Ainsi, l’assemblée générale des membres de l’Association des professeurs de français de la région Amourskaya se tient en forme de la table ronde qui est organisée à la suite du compte rendu du la présidente de l’association Olga Kukharenko. Les résultats du travail commun pour la langue française et son développement dans la région sont reconnus unanimement réussis. Et ceci sans doute grâce à l’investissement enthousiaste des collègues dans leur métier, grâce à l’amour pour leur travail avec les élèves et une grande envie de leur transmettre la passion a la langue française. Lire la suite