Le nouveau numéro de « Salut ! Ça va ? » : « Regardez l’art, il est partout! »

Edito par Olga Kukharenko:

« Nos très chers lecteurs,

C’est un vrai bonheur que ce moment où j’écris mon édito et vous salue pour présenter l’accomplissement d’un énorme travail sur notre « Salut ! Ça va ? ». Chacun qui est dedans, y mets un peu de son âme. Pour le voir il suffit de feuilleter cette belle et riche édition consacrée aux arts, artistes et musées qui conservent et transmettent à travers des époques le génie humain.

Selon certains, la beauté, l’art et la création artistique c’est une sorte de luxe dans la vie de l’homme accessible seulement aux élus et à des moments exceptionnels. On pense que l’art est une belle et précieuse partie de notre vie, pourtant pas du tout essentielle. Et c’est une erreur parce qu’il suffit à chacun de nous de vivre sa vie en découvrant le monde avec des yeux d’artiste qui voit partout la beauté et la comprend. La beauté sauvera le monde, disait le grand écrivain russe Fiodor Dostoïevski. Pour son personnage le comte Mychkin la beauté et le bonheur sont partout autour de nous et il faut savoir les voir. « Comment on peut ne pas être heureux en passant devant un bel arbre ? », – s’exclame-t-il.

La beauté et l’art naissent non seulement sous le pinceau de Michel-Ange, sous la plume de Shakespeare ou les doigts de Mozart. Non seulement à Paris ou à Rome… Ou que nous vivions, qui que nous soyons, la beauté est dans nos yeux, le bonheur est dans nos mains. N’est-ce pas ? Nos auteurs vous en parlent beaucoup ! Ils partagent leurs regards sur la beauté qui les passionne, sur les grands œuvres des grands artistes ou un petit musée d’art populaire à Raïtchikhinsk de la région de l’Amour, comme lieu d’inspiration des enfants et des adultes, amateurs de l’art et de la beauté.

Bonne et heureuse année !

Bonne lecture, chers amis ! Et à bientôt au printemps ! »

Book-trailers d’après les classiques français : initiation à la lecture ou distraction amusante ?

A l’occasion de la JIPF 2021 les étudiants de l’université pédagogique d’État de Blagovechtchensk ont été invités à créer des book-trailers d’après leurs livres préférés. Tous ont choisi des classiques. Est-ce parce qu’ils les connaissent bien ou parce que ceux derniers inspirent plus à la créativité vue que tous les protagonistes sont des personnages exceptionnels qui vivent dans la littérature française depuis des siècles.  

« Les Dieux ont soifs » d’Anatole France, « Les trois mousquetaires » et « Le Comte de Monte-Cristo » d’Alexandre Dumas, « Notre Dame de Paris» de Victor Hugo, « Carmen » de Prospère Mérimée, tous les films ont touché le public par leur originalité, par les costumes et la musique pour présenter l’époque où se passe l’histoire. Bien que nous ayons reconnu les couloirs de la faculté dans les vidéos, ou que les robes traditionnelles chinoises aient été choisies pour ajouter des couleurs à l’image de Сarmen, nous avons tous pu plonger dans l’atmosphère des romans et admirer les idées originales dans les présentations.

Plus ou moins réussis du point de vue technique ces book-trailers ont permis à leurs créateurs de revivre les histoires des livres, de se mettre dans la peau des personnages et de s’amuser bien lors du tournage. Donc, c’est une activité à répéter un jour !

Lap-books en français : activité créative dans une atmosphère conviviale

Le concours des lap-books organisé à l’occasion de la JIPF 2021 a suscité un grand intérêt chez les élèves et leurs professeurs. Le jury a dû faire un choix cornélien ! 78 travaux, l’un étant plus beau et original que l’autre, sur des thématiques diverses, épataient par leur créativité !

Donnons la parole aux étudiants, futurs professeurs qui avaient encadré le travail sur la création des lap-book par leurs élèves lors du stage pédagogique et qui avaient ainsi vécu une expérience inoubliable !

Polina Chevko : « Toutes les œuvres peuvent être appelées les œuvres d’art, les élèves ont été si imaginatifs ! Chaque lap-book est unique, tout comme son créateur est unique. Il n’y a pas de méthode correcte ni incorrecte pour le créer, car tout dépend de la façon dont l’élève perçoit un sujet choisi, quels moyens il utilise pour atteindre ses objectifs. Par exemple, certaines œuvres sont entièrement faites en feutre, d’autres sont faites en forme de livres pliants en papier de couleur, des paillettes imprimées et dessinées par les enfants eux-mêmes. 

Il est impossible de ne pas noter les cahiers qui ont été entièrement dessinés par l’auteur, ces dessins c’est juste quelque chose d’incroyable ! Évidemment, le lap-book est une possibilité de montrer sa créativité, ce que les enfants ont fait.

Ils apprennent aussi à travailler en équipe. Ils développent non seulement leur vocabulaire passif lors de la recherche d’informations, mais aussi actif, car en défendant leur point de vue, ils utilisent le matériel qu’ils ont trouvé et affiché dans le lap-book.

Lire la suite

Journée internationale des professeurs de français 2021

L’association des enseignants de français de la région Amourskaya a rejoint la grande famille unie des francophones du monde dans toute sorte d’actions en honneur de la langue française et de ceux et celles qui l’enseignent partout dans le monde.

            La Journée internationale des professeurs de français avait pour le thème « Covid-19, et après ? ». Pourtant, cette année encore, sans pouvoir nous réunir ensemble pour la fête, nous avons été contraints de planifier des actions et des projets réalisables en ligne et à distance.

L’Assemblée générale des membres de l’association s’est déroulée le matin via la plateforme zoom avec pour but de faire le bilan de l’année 2021 et discuter des actions pour 2022. Outre la table ronde virtuelle consacrée aux projets communs, les professeurs des écoles de la région Amourskaya ont participé aux élections, comme candidats ou électeurs. Ainsi, le mandat de la Présidente Olga Kukharenko a été prolongé pour 4 ans à venir. Le Comité de l’association est désormais composé des collègues des établissements de la région : Tatiana Novitskaya (université pédagogique de Blagovechtchensk), Yulia Tsarenkova (lycée 6 de Blagovechtchensk) Tatiana Panasenko (gymnasium 8 de Raïtchikhinsk), Elena Seyitmedova (école 7 de Tsiolkovski). Nina Beschasnaya et Valentina Efimova, professeurs du lycée 6 de Blagovechtchensk représentent la commission de la vérification des comptes.

Il faut dire que notre association étant assez peu nombreuse, tous ses membres sont toujours actifs et s’entendent bien sur toutes les questions. Ce sont eux qui font vivre la petite association par leur dynamisme et enthousiasme, et qui font surtout la connaitre au-delà de la région et voir au-delà de la grande Russie. C’est pourquoi les réunions annuelles aussi bien que des rencontres pour des concours et festivals se passent dans l’ambiance amicale et conviviale.

Aux couleurs d’automne

L’année croisée 2021 de la coopération décentralisée franco-russe offre de nouvelles rencontres impressionnantes et inoubliables pour les francophones de la région Amourskaya !

Un évènement exceptionnel a réuni des jeunes russes et français à travers presque 10 mille kilomètres pour une rencontre par visioconférence afin de créer ensemble des « Couleurs d’automne ».

La jeune artiste russe Daria Tikhomirova a animé cet atelier de peinture organisé par les mairies des villes de Gelos en France et de Blagovechtchensk en Russie. Malgré le décalage horaire et la distance, les nouvelles technologies ont réussi à réunir les élèves francophones des écoles de la région Amourskaya et de la ville de Gelos.

Lire la suite

«Salut! Ça va ?» automnal : « Quand éclosent des passions… »

Édito par Olga Kukharenko:

Chers lecteurs,

Nous avons le grand plaisir de vous offrir ce numéro automnal de la revue qui réunit des personnes passionnées ! D’ailleurs, je crois que dès le début notre revue ne rassemble sur ses pages que des passions et des enthousiastes. Partager et multiplier de bonnes volontés créant de la beauté et du plaisir c’est notre toute première philosophie. Cette fois-ci le numéro est empli des couleurs d’automne et de l’amour. Nos auteurs chantent sincèrement ce qu’ils chérissent :  les gens chers, la nature, l’art, la vocation de professeur… la vie !

Comme cela arrive souvent, c’est le hasard qui a suggéré le thème du dossier spécial de ce numéro. Garce à nos amis et collègues francophones, nous vous faisons découvrir certaines facettes de la grande Chine, de sa langue extraordinaire et de sa culture multiséculaire.

Quel drôle de vie ! « Salut ! Ça va ? » est créé à quelque 700 mètres de la Chine. Nous observons la rive chinoise de l’Amour tous les jours depuis les fenêtres des salles de classe de l’université ou en nous promenant sur le quai du fleuve. Nous sommes très proches de nos voisins chinois dans tous les domaines – éducation, sport, commerce, médecine, culture, agriculture, construction, tourisme, bien sûr. Mais actuellement nous sommes éloignées plus que jamais et séparés par les restrictions pandémiques. C’est pourquoi nous sommes particulièrement heureux d’avoir cette occasion de saluer nos amis chinois et d’honorer encore et toujours l’amitié des peuples !

Téléchargez le nouveau numéro et passez un bon moment en compagnie de « Salut ! Ça va ? »

« Salut ! Ça va ? » de juin 2021: « Il était un fois l’été et le jardin… »

Édito par Olga Kukharenko:

Nos chers lecteurs,

Aujourd’hui nous vous emmenons dans les parcs, les jardins et les allées du monde pour vous faire sentir, à travers des mots et des images, tous les plaisirs de la rencontre de l’homme avec la nature. L’homme a toujours montré un grand intérêt pour les plantes et les fleurs, en les domestiquant, les acclimatant et en créant des jardins comme lieu de plaisir, source de beauté et de convivialité.

Lorsque paraît en 1539 le Dictionnaire franco-latin, premier dictionnaire bilingue, le jardin bénéficie d’équivalent en latin qui peut aujourd’hui nous surprendre. « Jardin : Paradisus ». Intéressant ? En vérité, le « paradis » désignait sous l’Antiquité un parc ou un grand jardin irrigué et planté d’arbres. « Vous êtes-vous bien jardiné ?» pouvait-on vous demander au XVIe siècle. C’est-à-dire : « Avez-vous bien pris l’air ?» Et cela plus particulièrement dans un jardin. « Se jardiner » était synonyme de « se promener », au sens propre comme au sens figuré. Pour le grammairien Vaugelas, auteur en 1647 des « Remarques sur la langue française », le plus beau mot de la langue française était « jardin ».

Et ce n’est pas surprenant, non ? La nature exerce une si grande influence sur notre âme, qu’il y a bien peu d’hommes qui n’éprouvent pas de temps en temps l’envie ou le besoin de s’y retirer.

Lire la suite

Exposition itinérante «Je dessine ma ville»

Blagovechtchensk russe, sur les rives du grand fleuve l’Amour, et Gelos française, au pied des Pyrénées, se sont unies par l’amitié qui dure depuis 2016. Après avoir fait des recherches communes sur la vie de Ekaterina Nikolaevna Mourevieva-Amourskaya, l’épouse gelosienne du fondateur de Blagovechtchensk Nikolaï Nikolaevitch Mouraviev-Amoursky, en 2019, les mairies de deux villes se sont mises d’accord pour la réalisation des projets divers. Elles se sont surtout inspirées par l’annonce de l’année croisée 2021 et ont eu l’idée de plusieurs manifestations culturelles.

« Je dessine ma ville », cette exposition itinérante présente les dessins des habitants de deux villes. Depuis le mois de mars, les peintres amateurs, en majorité les enfants, ont dessiné les coins préférés de leurs villes. Puis, les dessins français sont arrivés à Blagovechtchensk et une petite salle du musée de la région Amourskaya a accueilli toutes les créations ensemble.

Lire la suite

« Jouons en français !»

Le 14 mai, à l’Université pédagogique de Blagovechtchensk a été organisé un jeu-concours « Jouons en français ! » pour les élèves des classes de 6e des écoles de la ville de Blagovechtchensk. Ce jeu amusant pour les écoliers (de 11-12 ans) qui font leurs premiers pas en français est une longue tradition du Département des langues romano-germaniques et orientales et de l’Association des professeurs de français de la région Amourskaya, tradition qui a pourtant été suspendue aux années de la situation instable pour la langue française sur les rives de l’Amour.

Cet évènement a eu toujours du succès et n’apportait que de la joie aux petits élèves car qui adorent se retrouver en dehors des murs des classes, rencontrer des camarades des autres écoles pour tester leurs connaissances, jouer et s’amuser en français ensemble. Donc, l’introduction d’une langue seconde dans les programmes scolaires a fait renaitre le français dans la région et nous a permis de poursuivre avec succès nos actions traditionnelles comme ce jeu-concours. Et c’est très bien car pour les élèves c’est une excellente occasion de s’inspirer et aller vers de nouveaux sommets dans l’apprentissage du français !

Lire la suite

Le français chanté et joué par les élèves de la région Amourskaya

Le 30 avril, l’Université pédagogique de Blagovechtchensk a accueilli le 14e concours de chanson et de théâtre en français pour les écoliers de la région Amourskaya.

Chaque année la chaire des langues germano-romanes et orientales de l’université et l’association régionale des professeurs de français invitent tous les écoliers des villes et villages, amoureux de la langue et de la culture françaises, à y participer. L’ambassade de France à Moscou, l’Institut français apportent un soutien au concours, et cette année il a également été accrédité par la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF).

Environ 90 personnes – de jeunes artistes et leurs professeurs – se sont réunis dans la salle de fête de l’Université pour honorer la langue française. Et le spectacle s’est déroulé merveilleusement bien à la grande joie et avec un vrai plaisir partagé entre eux et le public.

Cette année le concours a eu quelques premières. C’est la première fois que dans le jury du concours qu’il y avait un invité congolais – Fred Steve Ikki, un élève de la faculté spéciale de l’École militaire inter-arme de l’Extrême-Orient. Fred participe régulièrement aux projets et manifestations francophones pour les étudiants, et ce jour-là les élèves des écoles ont eu la chance de faire connaissance avec notre invité étranger et de pratiquer un peu le français.

De plus les participants du petit village de Ust-Ivanovka et de l’école 2 de la ville de Svobodnyy se sont présentés au concours pour la toute première fois. Ce qui a réjoui les organisateurs car la géographie de la francophonie s’élargit sur les rives de l’Amour.

Lire la suite