« Salut ! Ça va ? » de juin 2021: « Il était un fois l’été et le jardin… »

Édito par Olga Kukharenko:

Nos chers lecteurs,

Aujourd’hui nous vous emmenons dans les parcs, les jardins et les allées du monde pour vous faire sentir, à travers des mots et des images, tous les plaisirs de la rencontre de l’homme avec la nature. L’homme a toujours montré un grand intérêt pour les plantes et les fleurs, en les domestiquant, les acclimatant et en créant des jardins comme lieu de plaisir, source de beauté et de convivialité.

Lorsque paraît en 1539 le Dictionnaire franco-latin, premier dictionnaire bilingue, le jardin bénéficie d’équivalent en latin qui peut aujourd’hui nous surprendre. « Jardin : Paradisus ». Intéressant ? En vérité, le « paradis » désignait sous l’Antiquité un parc ou un grand jardin irrigué et planté d’arbres. « Vous êtes-vous bien jardiné ?» pouvait-on vous demander au XVIe siècle. C’est-à-dire : « Avez-vous bien pris l’air ?» Et cela plus particulièrement dans un jardin. « Se jardiner » était synonyme de « se promener », au sens propre comme au sens figuré. Pour le grammairien Vaugelas, auteur en 1647 des « Remarques sur la langue française », le plus beau mot de la langue française était « jardin ».

Et ce n’est pas surprenant, non ? La nature exerce une si grande influence sur notre âme, qu’il y a bien peu d’hommes qui n’éprouvent pas de temps en temps l’envie ou le besoin de s’y retirer.

Lire la suite

Exposition itinérante «Je dessine ma ville»

Blagovechtchensk russe, sur les rives du grand fleuve l’Amour, et Gelos française, au pied des Pyrénées, se sont unies par l’amitié qui dure depuis 2016. Après avoir fait des recherches communes sur la vie de Ekaterina Nikolaevna Mourevieva-Amourskaya, l’épouse gelosienne du fondateur de Blagovechtchensk Nikolaï Nikolaevitch Mouraviev-Amoursky, en 2019, les mairies de deux villes se sont mises d’accord pour la réalisation des projets divers. Elles se sont surtout inspirées par l’annonce de l’année croisée 2021 et ont eu l’idée de plusieurs manifestations culturelles.

« Je dessine ma ville », cette exposition itinérante présente les dessins des habitants de deux villes. Depuis le mois de mars, les peintres amateurs, en majorité les enfants, ont dessiné les coins préférés de leurs villes. Puis, les dessins français sont arrivés à Blagovechtchensk et une petite salle du musée de la région Amourskaya a accueilli toutes les créations ensemble.

Lire la suite

« Jouons en français !»

Le 14 mai, à l’Université pédagogique de Blagovechtchensk a été organisé un jeu-concours « Jouons en français ! » pour les élèves des classes de 6e des écoles de la ville de Blagovechtchensk. Ce jeu amusant pour les écoliers (de 11-12 ans) qui font leurs premiers pas en français est une longue tradition du Département des langues romano-germaniques et orientales et de l’Association des professeurs de français de la région Amourskaya, tradition qui a pourtant été suspendue aux années de la situation instable pour la langue française sur les rives de l’Amour.

Cet évènement a eu toujours du succès et n’apportait que de la joie aux petits élèves car qui adorent se retrouver en dehors des murs des classes, rencontrer des camarades des autres écoles pour tester leurs connaissances, jouer et s’amuser en français ensemble. Donc, l’introduction d’une langue seconde dans les programmes scolaires a fait renaitre le français dans la région et nous a permis de poursuivre avec succès nos actions traditionnelles comme ce jeu-concours. Et c’est très bien car pour les élèves c’est une excellente occasion de s’inspirer et aller vers de nouveaux sommets dans l’apprentissage du français !

Lire la suite

Le français chanté et joué par les élèves de la région Amourskaya

Le 30 avril, l’Université pédagogique de Blagovechtchensk a accueilli le 14e concours de chanson et de théâtre en français pour les écoliers de la région Amourskaya.

Chaque année la chaire des langues germano-romanes et orientales de l’université et l’association régionale des professeurs de français invitent tous les écoliers des villes et villages, amoureux de la langue et de la culture françaises, à y participer. L’ambassade de France à Moscou, l’Institut français apportent un soutien au concours, et cette année il a également été accrédité par la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF).

Environ 90 personnes – de jeunes artistes et leurs professeurs – se sont réunis dans la salle de fête de l’Université pour honorer la langue française. Et le spectacle s’est déroulé merveilleusement bien à la grande joie et avec un vrai plaisir partagé entre eux et le public.

Cette année le concours a eu quelques premières. C’est la première fois que dans le jury du concours qu’il y avait un invité congolais – Fred Steve Ikki, un élève de la faculté spéciale de l’École militaire inter-arme de l’Extrême-Orient. Fred participe régulièrement aux projets et manifestations francophones pour les étudiants, et ce jour-là les élèves des écoles ont eu la chance de faire connaissance avec notre invité étranger et de pratiquer un peu le français.

De plus les participants du petit village de Ust-Ivanovka et de l’école 2 de la ville de Svobodnyy se sont présentés au concours pour la toute première fois. Ce qui a réjoui les organisateurs car la géographie de la francophonie s’élargit sur les rives de l’Amour.

Lire la suite

L’Edition « Femmes » de « Salut ! Ça va ? » a vu le jour !

Édito par Olga Kukharenko :

« Femmes…

En travaillant sur ce numéro, je me demandais pourquoi, depuis ces 16 ans que la revue existe, nous n’avons jamais eu l’idée de publier une édition « femmes » ? Et pourtant ce sujet intéresse, passionne, inspire, trouble et bouleverse des esprits. Je l’ai réalisé en échangeant avec les auteurs grâce à qui ce beau numéro « féminin » voit le jour aujourd’hui !

Peu importent l’époque ou l’histoire, les femmes dont on vous parle sur ces pages sont toutes exceptionnelles : artiste, chercheuse, enseignante, cosmonaute, écrivaine, pilote, reine, programmatrice, muse de peintre… Elles brillent et fascinent !

Et malgré un long chemin dur vers la liberté et l’égalité, malgré toutes les épreuves de la vie et la résistance des hommes, elles atteignent des sommets inatteignables. Privées de grande force physique de l’homme, elles sont capables de se positionner dignement dans toutes les sphères de l’existence grâce à leur vif esprit, adresse, agilité, patience, docilité et bien sûr, le charme !

« Femmes, je vous aime ! Quelquefois si douces, quelquefois si dures …” chante Julien Clerc. Puissantes dans leur fragilité, elles ont un effet magique inexplicable sur les hommes. Elles les poussent à faire l’impossible, à créer l’incroyable et à réaliser l’impensable. Ce n’est pas par hasard qu’on dit « Cherchez la femme ! ». Quel que soit l’acte, la femme en est souvent la cause heureuse.

Moi, je suis loin d’être féministe. Je suis d’autant plus loin des actions que mènent les partisans de ce mouvement car, à mon avis, elles tournent parfois vers l’absurdité et le peu raisonnable. Mais qu’est-ce que j’admire le travail que nous avons fait ensemble avec 23 auteurs en l’honneur de la femme ! Et je suis d’accord avec Aragon – «la femme est l’avenir de l’homme » !

Je vous souhaite une très bonne lecture, chères lectrices, chers lecteurs ! »

Journée pédagogique des professeurs de français de la région Amourskaya

Les professeurs de français des écoles de Blagovechtchensk, Raïtchikhinsk, Svobodnyy, Tsiolkovski et Nijnaya Poltavka sont venus le 26 mars pour participer à la journée pédagogique pour les professeurs de français des écoles de la région Amourskaya. 

Lire la suite

Rencontre littéraire francophone

Cette année la semaine de la Francophonie dans notre université et non seulement elle a eu lieu (merci à la pandémie qui s’en va doucement !) mais elle s’avère riche en évènements (vrais et non virtuels !). Après le festival de la chanson française, nous avons pu organiser une rencontre avec l’écrivain congolais Fred Steve Ikkié, l’élève-officier de l’École supérieure interarmes de commandement de l’Extrême-Orient.

Militaire de profession, Fred Steve est un véritable artiste dans son âme, et il arrive de marier ses deux passions et se réaliser avec succès quoi qu’il ne fasse.

Lire la suite

À Blagovechtchensk la Francophonie se fête en chansons

Le 19 mars, l’Université pédagogique de Blagovechtchensk a accueilli un festival d’étudiant de la chanson française, organisé en collaboration avec l’Association des enseignants de français de la région Amourskaya et l’Institut français en Russie.

Selon la tradition qui n’a pu être soutenue l’année dernière et qui, à la joie de tous, a repris cette année, la Journée internationale de la francophonie a été célébrée avec de la musique, des danses et des chansons en français !

Le festival a réuni non seulement les étudiants de la Faculté des Langues Étrangères de l’université pédagogique, mais aussi des artistes des facultés des sciences naturelles et de géographie, d’histoire et de philologie, de physique et de mathématiques. Nous avons accueilli sur la scène de notre salle de fête des musiciens et des chanteurs du Collège régional des Arts et de la Culture, ainsi que des danseurs du Collège d’Agriculture, du Collège du Service et du Commerce et de l’Université Agricole d’Extrême-Orient.

Lire la suite

Présentons-nous et nos petits poilus préférés!

Le projet « Région Amourskaya-Franche-Comté : en mode amicale » est réalisé depuis 2018 par les lycéens de Besançon (France), de Tsiolkovski et de Blagovechtchensk dans la région Amourskaya (Russie). De nouveaux participants, débutants en russe (pour le collège Victor Hugo et le lycée Louis Pergaud) et en français (pour le lycée BGPU à Blagovechtchensk et l’école 7 de Tsiolkovski) rejoignent le projet.

Voici leur toute première vidéo créée pour se présenter et parler de leurs petits poilus préférés.

Visite virtuelle au lycée BGPU à Blagovechtchensk !

Depuis septembre 2018 le projet « Région Amourskaya-Franche-Comté : en mode amicale » vit et prospère grâce à l’enthousiasme et un grand intérêt pour les langues et cultures des élèves de Blagovechtchensk, Tsiolkovski (région Amourskaya) et Besançon. Ils échangent des lettres, cartes postales, petites vidéos sur les thématiques différentes étudiées en cours de langue ou sur d’autres sujets qui les inspirent.

De nouveaux participants, débutants en russe (pour le collège Viktor Hugo et le lycée Louis Pergaud) et en français (pour le lycée BGPU a Blagovechtchensk et l’école 7 de Tsiolkovski) rejoignent le projet.

Cette nouvelle année 2021 a débuté avec une visite virtuelle du lycée proposée par les élèves de Blagovechtchensk.  Ils ont présenté leurs enseignants, parle de leurs disciplines préférées et de leurs passions en sciences et langues. Ils ont raconté un peu l’histoire du joli bâtiment où se trouve le lycée en accompagnant les visiteurs virtuels dans les corridors et le fameux escalier centrale.  Ils les ont ensuite emmenés dans le café ou les lycéens et les étudiants adorent prendre du thé avec des petits pains et des biscuits.  La patinoire de l’université accueille les lycéens (pour leur grande joie !) en hiver pour les cours de culture physique. Et tous les musées sont aussi ouverts pour les lycéens. Cette fois-ci c’est le musée géologique ou on peut apprendre plein de choses intéressantes et voir des minéraux et des pierres précieuses.

Bienvenue au lycée BGPU a Blagovechtchensk !